La reconversion professionnelle: mythe ou fantasme réalisable? Partie 2



Cliquez ici si vous avez manqué la Partie 1 de cet article


Et donc très cher(e) futur(e) reconverti(e), tu es dans la 3ème catégorie et tu t'impatientes de savoir en quoi consiste une reconversion, me voici donc de retour pour la suite......


Concrètement, quelles sont les étapes pour réussir sa reconversion?


1. Dois-je me faire accompagner ou pas ?

Toi, futur(e) reconverti(e) du 3ème type, tu vas être confronté(e) d’emblée à cette question. C’est ton fameux « to be or no to be ».

Faites-vous accompagner si vous n’êtes pas analytique, un bon coach vous guidera à mettre en avant vos valeurs, vos freins, vos compétences, une meilleure connaissance de vous-même pour affiner et définir au mieux votre projet. Dans le cas contraire, vous êtes hyper analytique,le rôle du coach sera alors d’être un bras de levier. Il vous challengera avec des méthodes pour vous aider à prendre des décisions et vous mettre en action.


2. Ok, j’ai décidé de me faire accompagner, mais par qui ?

Deuxième question prise de tête. C’est très simple, vous googleliser « coach reconversion professionnelle » et vous allez être surpris(e) du résultat. Entre le conseiller pragmatique des ressources humaines, le psychologue spécialisé en coaching, l’accompagnateur expert dans le développement personnel qui vous promet une nouvelle vie pro ou encore le fabricateur enthousiaste de rêves, il n’est pas évident de faire son choix. Les coachs en tout genre sont devenus monnaie courante. Surtout dans une grande ville comme Bruxelles. Ça tombe, même votre voisin de palier en est un ! Alors soit vous utilisez la bonne vieille méthode du bouche à oreille: vous connaissez quelqu’un qui connaît quelqu’un, qui à son tour connaît quelqu’un de recommandable. Soit vous utilisez l’autre bonne vieille méthode, c’est-à-dire vous agissez de manière empirique et vous testez. Car n’oublions pas que la relation entre coach et coaché est avant tout une relation humaine et le feeling est un baromètre imparable.


3. Quelle est la meilleure période pour commencer une reconversion?

Comme le dit le très sage Andy Puddicombe, patron de l’application de méditation Headspace « Brillant things happen in calm minds. » Si votre situation professionnelle actuelle est source de stress, cela aura un impact indéniable sur le bon déroulement de votre reconversion. Les décisions seront prises trop hâtivement ou par dépit avec pour conséquence une cruelle désillusion. Dans ce cas, il vaut mieux stabiliser une situation problématique, passer par un stade intermédiaire (prendre une année sabbatique, 4/5 temps si possible ou trouver un emploi alimentaire moins énergivore….)


4. Combien de temps avant de trouver le job de mes rêves ?

Et c’est là que le mythe du « j’ai trouvé ma voie en 30 secondes et j’ai tout plaqué » s’effondre. Non, cher(e) futur(e) reconverti(e) du 3ème type, ce n’est pas après une séance avec ton coach que la lumière va apparaître. Une reconversion s’étale sur plusieurs mois, même une année ou plus. Ajoutez à cela des formations pour exercer votre nouveau métier, et vous voilà embarqué(e) dans une épopée de longue haleine. Donc oui, très cher(e) futur(e) reconverti(e) du 3ème type, ton nouveau mantra sera « Patient(e), tu le seras », placardé sur ton frigo ou en rappel sur ton smartphone.


5. Quelle sera la facture pour mon porte-monnaie ?

Le nerf de la guerre, il faut bien l’aborder. En comptant qu’une séance de coaching commence à 50 euros, que l’accompagnement s’étale sur plusieurs mois et on additionne tout ça avec des coûts de formation/stage, le budget peut être conséquent. On ne fait pas d’omelette sans casser d’œufs. Une reconversion est un vrai investissement : investissement en temps et argent. Mieux vaut être préparé(e) psychologiquement pour ne pas baisser les bras en cours de route.


6. Ok, je suis prêt(e) à être un reconverti(e) mais comment se passe un changement de carrière?

A) L’introspection :

C’est THE étape à ne pas négliger, elle peut prendre du temps en fonction du profil, c’est le socle sur lequel votre projet va se construire. Quelles sont mes compétences, mes forces, mes faiblesses, quelles sont mes passions, mes valeurs, mes freins. Toutes ces questions sont indispensables pour un projet mature. Donc,très cher(e) futur(e) reconverti(e) du 3ème type, connais-toi toi-même avant de te lancer dans l’aventure.


B) La chasse aux infos :

Là, il est temps de se retrousser les manches et de se renseigner un maximum sur votre futur job. C’est une phase qui peut être fatigante mais c’est un passage obligatoire. Vous voilà prévenu(e) !


C) La mise en place du plan d’actions pour concrétiser son projet :

Ici, la partie analyse est terminée, on rentre dans du concret. Le projet commence à prendre forme. L’élève que tu étais très cher(e) futur(e) reconverti(e) du 3ème type se transforme en maître qui entre enfin en scène.


Vous l’aurez compris, une reconversion professionnelle n’est pas un caprice de quadra en pleine crise existentielle, elle s’apparente à une recherche d’emploi. La grande différence, elle ne s’appuie pas uniquement sur nos compétences techniques, elle va rechercher en nous ce qui nous fait vibrer, ce qui va redonner du sens à notre vie. Elle nous pousse à être des entrepreneurs de notre vie professionnelle, à être aux commandes de nos choix et de ne plus subir des situations qui ne nous correspondent pas. Pour les plus introvertis, elle va leur apprendre à réseauter, pour ceux qui désirent se lancer dans l’entreprenariat, elle va leur apprendre à établir des business plans. Pour les profils plus « risk averse », elle va les initier à des prises de risques calculées et à passer à l’action. Mais en plus de tous ces acquis, elle fait évoluer le salarié. Elle va lui ouvrir à des possibilités insoupçonnées jusqu’ici, elle va élargir sa zone de confort, elle va le bousculer dans ses idées préétablies, elle va le mettre en contact avec d’autres salariés, sa principale force est de lui élargir ses connaissances sur le monde du travail. Les adeptes du Lean vous dirons qu’une reconversion réussie s’apparente à une succession de Kaizen (vous avez remarqué qu’il y zen dans ce mot ?) En fin de compte, même si le projet initial change en cours de route, la reconversion est à vivre comme une expérience professionnelle, une étape à signaler sur son CV. D’ailleurs, il devrait être logique de l’épingler sur son profil LinkedIn. Et vous? Après avoir lu ce billet, êtes-vous prêt(e) à écrire votre odyssée professionnelle ?