Docteur,j'ai le syndrome de l'imposteur,est-ce grave?


Aujourd’hui, je vais vous conter l’histoire de Miss n°1 et Miss n°2. Toutes les deux se rendent chez leur médecin.


Histoire de Miss n°1


Le Docteur : Je vous écoute…..

Miss n°1 : Euh, voilà, mon supérieur vient d’être promu pour occuper le poste de directeur du département et pour le remplacer, il pense que je suis la personne idéale.

Le Docteur : Félicitations, c’est plutôt une bonne nouvelle !

Miss n°1 : Mais je ne me sens pas légitime, cela fait à peine 2 ans que je suis dans son service, je ne me sens pas apte de reprendre sa fonction.

Le Docteur : A moins qu’il ne s’agisse d’une promotion « canapé », votre supérieur a dû déceler vos compétences à travers votre travail et il est tout naturel qu’il vous voit comme son digne successeur.

Miss n°1 : Euh, il a sûrement pensé à moi parce que je suis ..... gentille, le travail que je fourni n'est pas si extraordinaire comparé aux autres.

Le Docteur, désespéré par sa patiente, hausse les épaules « Encore une qui souffre du syndrome de l’imposteur »

Histoire de Miss n°2


Le Docteur : Je vous écoute…..

Miss n°2 : Euh, voilà, une société de recrutement vient de me contacter pour un poste de responsable de projet et d’après eux, je suis une candidate potentielle.

Le Docteur : Félicitations, c’est plutôt une bonne nouvelle ! D’autant plus que cela fait plus de 7 ans que vous vous enlisez dans votre poste actuel.

Miss n°2 : Oui, mais je n’ai pas toutes les compétences pour occuper ce poste, je ne possède pas tous les requis mentionnés dans la job description.

Le Docteur : Vous savez très bien que les descriptions de fonction sont la plupart du temps surestimées et que les recruteurs eux-mêmes sont conscients qu’ils ne trouveront jamais le candidat adéquat à 100%, votre CV a dû sortir du lot. De plus, avec cet entretien, vous pourrez confronter votre valeur à celle du marché actuel. 

Miss n°2 : Ils m’ont sûrement contactée pour que je remplisse leurs statistiques de personnes interviewées.

Le Docteur, dépité par ces derniers propos, hausse les sourcils « Une de plus qui est atteinte du syndrome de l’imposteur »


Finalité de ces deux histoires :


Miss n°1 refusera la proposition de son manager, elle prétextera qu’elle ne se sent pas prête à endosser ces nouvelles responsabilités.

Quant à Miss n°2, elle écrira un mail à la boîte de recrutement, elle déclinera poliment l’entrevue, elle argumentera par «je n’ai pas l’expérience requise pour occuper un poste de cette envergure».


Je vous l'accorde ces deux histoires (largement inspirées de faits réels) sont dignes d'un film à sketches de série B. Mais qu’est-ce donc que ce foutu syndrome de l’imposteur dont souffrent nos 2 Miss ?


D’après la bible Wikipédia :

« Les personnes atteintes du syndrome de l'imposteur, appelé aussi syndrome de l'autodidacte, expriment une forme de doute maladif qui consiste essentiellement à nier la propriété de tout accomplissement personnel. Ces personnes rejettent donc plus ou moins systématiquement le mérite lié à leur travail et attribuent le succès de leurs entreprises à des éléments qui leur sont extérieurs (la chance, un travail acharné, leurs relations, des circonstances particulières). Elles se perçoivent souvent comme des dupeurs-nés qui abusent leurs collègues, leurs amis, leurs supérieurs et s'attendent à être démasquées d'un jour à l'autre. »

Ça c'est la définition de Wikipédia, moi je rajouterai que Dame Nature est vraiment injuste. Non seulement, elle ne nous a pas logées à la même enseigne niveau syndrome prémenstruel mais en plus, elle a aussi divisé la communauté des working girls.

Alors que certaines d’autres nous n’hésiteront pas à la jouer au culot pour obtenir le poste convoité, d’autres femmes très talentueuses auront la fâcheuse propension à laisser passer de belles opportunités qui se présenteront à elles.

Pourquoi cette différence? Pourquoi des femmes très compétentes ne se sentent pas légitimes dans leur travail? Pourquoi la n°2 de Facebook se levait chaque matin avec ce sentiment d'imposture et doutait d'elle en permanence dans son boulot ? Pourquoi la génie des Maths, Maryam Mirzakhani , 1ère femme à avoir obtenu la Médaille Fields (équivalent d’un prix Nobel tout de même,il faut le préciser!) soulignait à chaque interview que sa contribution aux sciences était négligeable ? Vous l'aurez compris,le syndrome de l'imposteur s'accompagne d'un manque de confiance en soi.


Ok, on fait quoi ? On consulte un psychothérapeute ? On répète tous les matins dix fois de suite devant son miroir «je suis la femme la plus compétente et je serai CEO de Proximus? » Et si avant de consulter un spécialiste ou de se lancer dans des méthodes radicales, on regardait d'abord autour de nous? Si on examinait nos collègues, sont-ils ou sont-elles vraiment compétents à du 100% dans leur job? Pourquoi dévaloriser notre travail alors qu’il est reconnu par les autres? Pourquoi sous-estimer nos compétences et nos expériences? Et à l'inverse, pourquoi sur-estimer les capacités des autres? Dans un monde qui change à la vitesse grand V, on doit être plus apte à développer des compétences transversales que d'être expert dans un domaine bien spécifique. Pourquoi alors vouloir à tout prix avoir une vingtaine d'années d'expérience derrière soi pour diriger une équipe? (ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, je ne parle pas ici du profil junior sorti de l’école qu’on envoie au casse-pipe pour manager une équipe!)

«Parce que la team va m'attendre au tournant si je ne suis pas consistante dans mon savoir» me direz-vous....Ok j'entends bien .... Et si je vous disais que parfois il vaut mieux être stratège alors? Si cette équipe compte des gens experts et compétents, qu'est-ce qui vous empêchera d'en faire vos alliés,de compter sur eux et d’apprendre grâce à eux? Et puis, n'est-ce pas en forgeant qu'on devient forgeron? Si on vous a reconnu des qualités d'assertivité,d'empathie,de communication,d’organisation? Devez-vous faire la fine bouche parce qu'il vous manque certains acquis techniques? Devez-vous vous sentir indigne d'une promotion?


Le syndrome de l'imposteur chaque salariée,salarié et même entrepreneur(e) le ressent au moins une fois dans sa carrière. Les femmes un peu plus que les hommes paraît-il. Donc, on respire et on ne stresse pas. Ça se soigne.


Et vous? Avez-vous déjà attribué vos succès professionnels à un travail acharné? A de la chance ou à d'autres facteurs ? Avez-vous laissé passer des opportunités pour un soi-disant manque de compétences ? Bon, le sujet est complexe, il mériterait une dissertation de 10 pages, alors loin d'être une spécialiste en la matière, je vous propose la lecture des articles dont les liens se trouve ci-dessous. Bonne lecture!

Ithaque Coaching: 8 façons de diminuer le syndrome de l'imposteur

Nicolas Sarrasin: le syndrome de l'imposteur comment s'en libérer?